RNT : Qu’est ce qu’on attend ?

Au risque d’enfoncer des portes ouvertes … C’est un Ă©trange mutisme qui entoure l’Ă©vĂšnement alors qu’on est Ă  moins de 25 jours du lancement de la diffusion de ces stations.

A la fin de l’annĂ©e 2013 pourtant, l’espoir suscitĂ© par l’annonce de la date de lancement de la RNT en France avait reboostĂ© ses dĂ©fenseurs, mĂȘme si les groupes nationaux annonçaient dans le mĂȘme temps leur intention de retirer leur candidature au prĂ©texte qu’ils favorisent la diffusion via IP ( ce qui reste une hĂ©rĂ©sie, c’est mathĂ©matique, souvenez vous ) .

La France, pourtant trĂšs en avance sur le numĂ©rique en tĂ©lĂ©vision, hĂ©site. HĂ©site ? OĂč bien le crime profite t-il Ă  l’intĂ©rĂȘt de quelques uns  ?

Pour la TNT, de nombreuses campagnes de sensibilisation dans la presse et les mĂ©dias avaient informĂ© la population du changement de mode de consommation de l’outil tĂ©lĂ©visuel, accĂ©lĂ©rant mĂȘme le calendrier du « changement » en obligeant les français Ă  s’Ă©quiper rapidement sous peine de ne plus recevoir leurs programmes favoris. En peu de temps, nous avons tous Ă©tĂ© amenĂ©s Ă  changer notre matĂ©riel ou Ă  nous procurer les dĂ©codeurs nĂ©cessaires Ă  ajouter Ă  notre tĂ©lĂ©vision. Le rĂ©flexe a Ă©tĂ© presque immĂ©diat, et la radio a d’ailleurs pleinement jouĂ© son rĂŽle dans la promotion de la TNT en diffusant de nombreux messages.

Pour la RNT que se passe t-il sur le plan mĂ©diatique ? Rien. Nada. Que dalle. ZĂ©ro . Schmoll. Seuls les avertis , les « professionels de la profession » comme on dit, sont au courant de ce qu’il va se passer le 20 juin 2014, parce qu’ils en sont acteurs ou qu’ils l’ont lu dans un magazine spĂ©cialisĂ© ou sur un site web consacrĂ© Ă  la radio, ou entendu dans une discussion professionnelle. Personne ne se prĂ©cipite sur les rares rĂ©cepteurs disponibles dans les points de vente ( a des prix scandaleusement Ă©levĂ©s parfois !!! ) , personne n’est au courant.

Pourquoi ce manque de volontĂ© ? Par qui ? On ne peut pas parler de manque de volontĂ© de la part du public puisqu’il n’est pas au courant. Est ce un rĂ©el dĂ©sintĂ©rĂȘt politique comme le suggĂšre Remy Jounin sur son blog ? Un vrai lobbying trop pressant des « contres » ?

Y’a t-il une volontĂ© nette de faire tomber les courageux opĂ©rateurs qui vont se lancer le 20 juin en les poussant simplement du cĂŽtĂ© oĂč ils vont pencher ?

N’est ce pas paradoxal de taire Ă  ce point une Ă©volution majeure qui concerne la consommation d’un mĂ©dia de masse Ă  ce point populaire qu’est la radio ?

Quand on sait qu’il faudra minimum 7 ans pour que se dĂ©ploient Ă  grande Ă©chelle  des moyens de rĂ©ception RNT dans les automobiles ( le conducteur d’un vĂ©hicule le gardant paraĂźt il en moyenne 7 ans dans sa vie ), lieu de prĂ©dilection de l’Ă©coute de la radio , n’est il pas dĂ©jĂ  trop tard pour s’y mettre ?

Ca n’est pourtant pas faute de motivation de la part des intĂ©ressĂ©s : le Sirti rappelle rĂ©guliĂšrement l’intĂ©rĂȘt de la chose, insistant sur le succĂšs de la RTN en Suisse et en Angleterre, oĂč le gouvernement a mĂȘme encouragĂ© les automobilistes Ă  s’Ă©quiper . Je me souviens mĂȘme d’une Ă©dition du Salon de la Radio en 2012 si mes souvenirs sont bons ou Francis Goffin, rĂ©cemment Ă©lu au ComitĂ© de Direction du WorldDMB , m’encourageait avec enthousiasme Ă  m’offrir rapidement un des petits postes de rĂ©ception prĂ©sentĂ©s sur un stand, me vantant les mĂ©rites de tel ou tel modĂšle, avec les yeux qui pĂ©tillaient comme pĂ©tillent les yeux des enfants gourmands d’un jouet dont ils sentent bien qu’il peut changer leur vie.

En Belgique d’ailleurs, le numĂ©rique av ance bien et les politiques y ont jouĂ© pleinement leur rĂŽle. Les opĂ©rateurs se sont associĂ© pour rĂ©aliser les tests adĂ©quats, et ils ont bien compris l’intĂ©rĂȘt d’une cohabitation FM / RNT / IP en lançant, en parallĂšle, maradio.be il y a quelques semaines.

Alors, en France, qu’est ce qui coince ? LA PEUR.

La peur d’une nouvelle concurrence pour certains ne doit pas empĂȘcher l’Ă©volution naturelle et inexorable des choses.

EmpĂȘcher le dĂ©ploiement de la RNT, c’est refuser l’Ă©volution de nos mĂ©dias . Pour employer des raccourcis faciles : c’est un peu comme si on avait empĂȘchĂ© les voitures de devenir hybrides pour ĂȘtre plus propres, les tĂ©lĂ©visions noir et blanc de devenir couleur pour plus de rĂ©alisme, comme si les fabricants de gaziniĂšres avaient empĂȘchĂ© la vente des fours Ă  micro-ondes. Dans tous ces domaines, les « historiques » ont fini par fabriquer les objets qui leur faisaient peur. Et ils y ont gagnĂ©.

Dans la tĂ©lĂ©phonie par exemple, certains fabricants ont ratĂ© le train de l’Ă©volution vers les smartphones . Regardez ce qu’il est advenu de Nokia aujourd’hui !

En revanche, il y a urgence. Car pour ceux qui vont se lancer, il faudra bien trouver des paires d’oreilles pour savourer les programmes. Et certains, qui n’existent pas ou peu en FM aujourd’hui, vont devoir tenir. Si on ne les aide pas, rapidement ils seront asphyxiĂ©s , et on risque bien de voir disparaĂźtre de nombreuses initiatives prometteuses au nom d’une crainte qui ne se justifie plus.

Alors, qu’est ce qu’on attend ???

 

Sur le mĂȘme sujet :

NRJ GROUP ne veut pas de la RNT … en France

Lancement de la RNT : communiqué du SIRTI

 interview de Mathieu Quetel sur GBTimes